Les actualités de la moto au féminin

Les femmes. La moto. Portrait de Fahima

Lire Fahima, c’est déjà voyager. Cette très grande rouleuse nous propose d’envisager la route et les vacances sous un nouvel angle. Mais au-delà du plaisir, elle nous raconte aussi que malgré l’expérience, rouler c’est pratiquer l’humilité et aussi de parfois sortir de sa zone de confort, en toute sécurité. 

Fahima portrait

LNLM : Motarde depuis quand ? Comment es-tu venue à la moto ?

Fahima : J’ai mon permis depuis 2002, c’est en étant passagère que l’idée m’est venue, je me suis dit ça doit être plus amusant d’être devant.

LNLM : Quelle est ta moto actuelle ? Depuis combien de temps l’as-tu ? As-tu eu d’autres motos ? Si oui, lesquelles?

Fahima : Actuellement, je possède une Fazer8 de 2010 achetée neuve et qui a maintenant 160 00 kms et une Transalp 600 (modèle 1995) achetée d’occasion avec 30 000 kms, il y a de cela 2 ans, elle en a maintenant 60 000.

Ma première moto était une Fazer 600 avec laquelle j’ai parcouru un peu plus de 150 000 kms.

En définitive, je n’ai eu que 3 motos.

LNLM : Quel est ton style de conduite ?

Fahima : En général assez rythmé, mais ça peut aussi m’arriver de flâner, surtout avec la Transalp.

LNLM : Pour toi, la moto c’est en mode utilitaire pour aller bosser, en mode loisir ou les 2 ?

Fahima : Je ne possède que des motos aussi je les utilise pour aller bosser, pour partir en vacances, pour me balader etc… .

LNLM : Le lieu où tu préfères rouler à moto ?

Fahima : J’ai une préférence pour la moto en dehors de la ville bien sûr, surtout les grosses agglomérations.

J’aime bien rouler au milieu de nulle part, sur les petites routes peu fréquentées.

LNLM : Es-tu déjà partie en voyage moto ? Où ? Seule ou en groupe ? Ta prochaine destination ? 

Fahima : Je pars le plus souvent en vacances à moto soit à travers la France, soit depuis l’achat de mon Transalp en Algérie.

Sauf en ce qui concerne les week-ends où il m’arrive de partir en groupe, je voyage seule.

Ma conception des vacances est la suivante : je me prends une dizaine de jours et je me choisis une destination où je sais qu’il y aura des choses à visiter (châteaux, ruines, grottes), de belles routes sinueuses, des villages pittoresques, mais aussi une région où l’on mange et boit bien tant qu’à faire.

Je ne prépare pas mes vacances pendant des semaines, je regarde vaguement où aller, sans faire de road-books en avance pour la totalité de mon séjour, tout en essayant de me trouver des points de chute.

Je repère à peu près les endroits où je ferai étapes et suivant les cas, c’est-à-dire si je suis sûre que cela sera bien, je réserve avant de partir. 

Je change d’hôtel tous les 2-3 jours, ça me permet de visiter un endroit sans avoir tous mes bagages.

Ce que je planifie vraiment, c’est la route que je prendrai le jour du départ, ne prenant pas l’autoroute et n’utilisant pas de GPS, je note sur des feuilles mon road-book. Je préfère parce que je trouve cela plus rapide et je peux ainsi visualiser la route et ne pas hésiter à faire des détours.

J’utilise comme carte routière Maps.me sur mon téléphone ou ma tablette, qui a pour avantage d’être utilisable sans connexion Internet. Si je me perds, je peux ainsi retrouver mon chemin.

En vacances, je profite des soirées pour faire le road-book du lendemain en récupérant dans l’hôtel, la chambre d’hôtes, des adresses de lieux à voir, des plans etc… etc… Et puis viamichelin est aussi très pratique pour voir où se trouvent les belles routes. 

Pour résumer, je ne me casse pas trop la tête sachant que de nos jours, il y a des applications permettant de réserver facilement des chambres d’hôtel avec wifi, pour le reste, tant que j’ai de l’essence, tout va bien…

Je parcours ainsi plus de 3000 kms.

Ma prochaine destination sera encore l’Algérie, car pour le moment, bien que j’y sois allée 3 fois, je n’ai fait qu’une infime partie. 

Là, cela demande un peu d’organisation et j’ai quelques contacts pour l’hébergement, les hôtels.

Bien que d’origine algérienne par mes parents, je ne parle pas l’arabe, mais on trouve des gens francophones et le fait d’être à moto facilite les choses.

J’ai essentiellement roulé dans la partie nord du pays, d’Est en Ouest, du Maroc à la Tunisie.

LNLM : As-tu déjà fait de la piste ? Si oui, dis nous en plus.

Fahima : J’ai fait de la piste régulièrement pendant environ une dizaine d’années, j’en fais moins depuis 1-2 ans. 

Je m’arrangeais pour partir en vacances à proximité d’un circuit; c’était pour moi l’occasion de me promener un peu partout : Pau, Issoire, Le Vigeant, le Mettet (Belgique), le Bourdonnais, Lurcy-Lévis, etc etc…

J’ai pris pas mal de cours de pilotage parce que je préfère ce concept au roulage libre avec du grand n’importe quoi.

LNLM : Ta plus grosse galère à moto ?

Fahima : Ma plus grosse galère a été une fois où j’ai eu l’idée de partir en vacances dans l’Hérault au mois de décembre en traversant l’Auvergne. 

Après une pause pour la nuit à Issoire, j’ai repris la route pour une petite étape de 300 kms soit à peu près 2 heures de route mais c’était compter sans le vent… ; un vent impressionnant en rafale qui m’obligeait à rouler à 50km/h et à m’arrêter toutes les heures.

Je me revois encore roulant et découvrir tout à coup au loin le viaduc de Millau, j’ai hésité et puis je l’ai pris.

C’est la seule fois où j’ai failli abandonner ma moto sur le bord de l’autoroute tellement j’en avais marre. 

J’ai mis 6 heures pour faire les 300 kms.

Le point positif, c’est que je n’ai plus jamais eu de problème à rouler avec du vent, je n’ai plus connu pire que ce jour-là et pourtant je voyage pas mal.

LNLM : Ton meilleur souvenir ?

Fahima : Toutes mes autres vacances sont un bon souvenir, j’aime bien rouler alors tout le reste est un excellent souvenir car je m’arrange pour voir de beaux paysages : l’Ardèche, l’Auvergne, les Alpes, les Ardennes, l’Algérie, tout en ayant des endroits à visiter.

Mon dernier voyage en Algérie est un excellent souvenir, j’ai parcouru 4000 km de paysages très variés : montagnes, côtes, hauts plateaux, zones humides, désertiques.

C’est un endroit parfait pour rouler au milieu de nulle part tout en sachant qu’on ne risque pas de tomber en panne d’essence parce qu’il y a énormément de stations.

Ce qui est aussi impressionnant, c’est la rapidité avec laquelle les paysages changent et le nombre de choses à visiter, j’ai pu voir pas mal de ruines romaines assez impressionnantes.

LNLM : Roules-tu toujours équipée ? En fonction des saisons ?

Fahima : Je suis toujours équipée, un accident est si vite arrivé et pas besoin de rouler vite pour ça.

Même quand il fait très chaud, je porte des bottes, un blouson et un bas qui peut être soit un jean coqué soit un surpantalon ainsi qu’un casque intégral.

Et s’il fait trop chaud et bien je ne prends pas ma moto mais en roulant, je trouve qu’on n’a jamais chaud. 

LNLM : Ton équipement fétiche ? Celui qui te manque ?

Fahima : Mon équipement fétiche est je crois le surpantalon : c’est pratique, étanche, coqué, cela se retire facilement et on peut porter n’importe quoi en dessous  et donc aller bosser avec.

Je le porte une grosse partie de l’année avec ou sans doublure suivant la saison ; s’il est de qualité, il est totalement étanche et ce pendant des heures sous la pluie, j’ai testé…

Pour ma moto, c’est la sacoche réservoir que j’utilise non seulement pour mes vêtements mais aussi pour sa fonction porte-carte, j’y mets aussi mes road-books, car je voyage à l’ancienne sans GPS  mais avec des feuilles de papier.

Là comme ça, je ne vois pas ce qui me manque.

LNLM : Ton appli smartphone favorite ?

Fahima : J’ai deux applications favorites : 

  1. Maps.me : ça a remplacé pour moi l’atlas routier que j’utilisais avant, on y télécharge les cartes, l’application est gratuite. Cela me permet aussi d’y repérer mon tracé que j’indique sous forme de points, on peut aussi l’utiliser comme GPS donc si on se perd, on peut se repositionner et l’avantage est que cette application n’a pas besoin de connexion Internet.
  2. Coyote que j’ai fini par prendre très récemment, ça c’est pour rouler encore longtemps.

LNLM : Déjà une future moto en vue ? Laquelle ? Pourquoi ?

Fahima : J’ai déjà deux motos et à la vue du kilométrage de ma Fazer8, je ne pourrai pas la revendre, alors comme dit mon garagiste, elle est à peine rodée; sinon je prendrai bien la MT09 Tracer pour continuer dans la marque Yamaha.

J’aime les motos polyvalentes, celles qui permettent de voyager tout en s’amusant de temps en temps.

LNLM : Quelle est la moto de tes rêves ? 

Fahima : Suivant l’utilisation, il me faudrait plusieurs motos : sportive pour la piste, gros trail pour certains pays.

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog LNLM par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à notre blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 25 autres abonnés