Les actualités de la moto au féminin

Paris : les motardes et les motards, victimes collatérales du plan antipollution

Le plan antipollution voulu pour sa ville par Madame Hidalgo, Maire de Paris, devrait être mis en oeuvre au cours des mois prochains. S’il répond à une problématique réelle, ses solutions manquent toutefois de cohérence pour les motardes et les motards.

Pol

Mieux respirer à Paris, une nécessité !

Fin novembre 2014 des données inédites sur la pollution de Paris étaient rendues publiques grâce à un ballon mis au point par le CNRS installé dans le 15ème arrondissement, au-dessus du Parc André-Citroën. Il nous apprenait que près d’un an plus tôt, le 13 décembre 2013, Paris était aussi polluée qu’une pièce de 20 mètres carrés dans laquelle fumeraient huit adeptes de la cigarette. Pour un Parisien, ce 13 décembre, se promener dans Paris était aussi dommageable que le tabagisme passif.

Equipé d’un appareil laser, ce ballon est capable de mesurer en continu des nanoparticules présentes dans l’air dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre (µm), et qui pour cette raison s’avèrent dangereuses pour la santé humaine : elles pénètrent dans les poumons, perturbent la circulation sanguine, et peuvent également obstruer les vaisseaux du cœur.

particules fines

Ce n’est donc pas un hasard si les particules fines et ultrafines ont été classées comme cancérogènes par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et ce depuis 2012 : on estime en effet que plus de 2 millions de personnes décèdent chaque année dans le à cause d’elles, qu’elles soient présentes dans l’air intérieur ou extérieur.

La cible principale des études successives sur la question reste le moteur diesel : en France, nous possédons un taux de 61% de véhicules diesel, soit l’un des pourcentages parmi les élevés au monde. A noter qu’au sein de ce parc, 6 millions de voitures anciennes (sur les 30 millions présentes en France) comptent pour 30% des émissions de particules fines.

Les mesures du plan antipollution 

Ces données ont été publiées fort à propos, c’est-à-dire quelques semaines avant l’annonce du grand plan antipollution d’Anne Hidalgo. Dévoilé fin janvier, ce plan se donne pour objectif de faire de la capitale une « zone à basse émission », progressivement interdite d’ici à 2020 à tous les véhicules polluants, qu’ils soient diesel ou essence. Cette éradication se fera toutefois progressivement, grâce à un système de classification par étoiles :

étoiles

  • Dès juillet 2015 seront interdit à la circulation dans la capitale de 8 à 20 heures – y compris le week-end – les bus, cars et poids lourds de classe 1 étoile, c’est-à-dire antérieurs au 1er octobre 2001.
  • A partir du 1er juillet 2016, l’interdiction s’appliquera à l’ensemble des véhicules de classe 1 étoile, et donc aussi aux camionnettes et véhicules particuliers antérieurs à 1997, mais aussi aux deux-roues motorisés antérieurs au 31 mai 2000. Ces véhicules pourront toujours circuler le week-end.
  • Les véhicules de classe 2, 3 et 4 étoiles (soit les véhicules antérieurs à 2010) seront ensuite progressivement interdits, entre 2017 et 2020. 
Source : Le Figaro

Source : Le Figaro

Côté sanction, les contrevenants seront passibles d’une amende de 35 euros, et leur véhicule pourra être immobilisé et mis en fourrière. 

L’incohérence du plan pour les 2RM

Si ce plan antipollution repose sur des constats partagés par tous, ses modalités de mise en œuvre passent mal auprès des motardes et des motards. D’une part, il est évident que les 2RM, ainsi que l’on nomme les deux-roues motorisées, contribuent à la fluidité du trafic, donc représentent une partie de la solution contre la pollution due à la circulation stagnante. 

D’autre part, ce plan désigne lui-même le diesel comme grand responsable des émissions de particules fines – or toutes les motos tournent à l’essence ! Enfin, rappelle Jean-Marc Belotti, coordinateur Paris et Petite Couronne de la FFMC, les motos ne représentent que 1,4% des déplacements quotidiens d’Ile-de-France, soit un impact minime sur l’environnement.

Pour toutes ces raisons, les motardes et les motards ont manifesté à Paris le 8 février dernier. Leur exaspération, loin de s’éteindre, était à la mesure de l’incohérence du plan pour la partie qui les concerne.


Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog LNLM par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à notre blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 32 autres abonnés